L'univers de Tunnels & Trolls

Parce que Tunnels & Trolls n'est pas qu'un système de jeu

Combat dans le Dépouillement Dernier

Suite de « compte-rendu de partie : le Dépouillement Dernier« , de la création de personnages, et de On entre dans le Dépouillement Dernier.

Multiples essais

Toujours à l’aide du site Ardenstone en français, je me suis mis à créer une ribambelle de personnages à la chaîne. Mais, Tunnels & Trolls est un jeu pour les malins, alors j’ai eu le raisonnement suivant : à quoi bon créer un personnage qui n’a aucune chance de survivre ? Alors, dès que je voyais que mon nouveau personnage avait une chance et une vitesse trop faibles, il me suffisait de cliquer sur le bouton pour relancer les dés et en recommencer un autre… Morts avant même d’avoir commencé la moindre aventure ? Oui, je sais, c’est dur, mais la Terre des Trolls n’est pas un monde de pieds-tendres !

Mon dévolu s’est donc porté, après une bonne trentaine d’avortons, sur un guerrier que j’ai baptisé Grouk. Pensant que sa vitesse et sa chance étaient suffisantes, je le lance dans le dédale et, paf ! il se prend une flèche dans le dos. Sa constitution passe de 13 à 3 points, ça va être dur.

Heureusement, Grouk parvient dans une deuxième grotte qui contient différentes fontaines. Il choisit celle du milieu et se retrouve immunisé contre les poisons, ce qui tombe à pic. En effet,  la flèche qui avait blessé Grouk étant empoisonnée, il est censé perdre 1 point de CONS à chaque MEP tentée. Carrément handicapant quand on n’a plus qu’une CONS de 3…

En fait, je suis un sale tricheur : j’ai interverti l’ordre dans lequel Grouk a visité les deux premières grottes. Il n’a bu à cette fontaine qu’après avoir passé 8 épreuves, mais… on ne va pas chipoter, hein ?

Tout content, Grouk tombe dans une salle où se trouvent deux épées magiques. Grouk, avec son intelligence de 8, déchiffre péniblement leur nom gravé sur une plaque : l’une est l’épée de héros et l’autre l’épée de nul. L’idée de s’emparer d’une épée de nul ne saurait traverser le crâne épais de Grouk, et il saisit logiquement l’épée de héros. 8 mises à l’épreuve plus tard, plusieurs de ses attributs se trouvent considérablement boostés. Il passe ipso facto au niveau 2, avec une force, une chance, un charisme, une vitesse et un fluide supérieurs à 20. Le hic, c’est que tous ses attributs les plus faibles restent faibles…

Illustration d'une vieille édition américaine (par Rob Carver) aujourd'hui disparue
Illustration d’une vieille édition américaine (par Rob Carver) aujourd’hui disparue

Quand même content de son sort, Grouk poursuit son périple et parvient dans une grotte habitable. Il boit, se nourrit, mais le texte ne dit rien sur une quelconque récupération, et l’état de santé de mon héros reste désespérément tragique. Pour se changer les idées, Grouk part à la découverte et se retrouve à cueillir des champignons cavernicoles, qu’il décide prudemment de ne pas consommer sur place. Sur le chemin du retour, il est intercepté par 6 gobelins, probablement chargés de surveiller les champs de champignons. La discussion tourne court.

Grouk jette 1D6, puisqu’il combat à mains nues, mais bénéficie d’un confortable bonus de 37 points. Les gobelins ont chacun une CONS de 7 et ont une lance valant 2D6 et un malus de combat de 2 points, donc 12D6 – 12 en tout.

Ardenstone me permet la simulation suivante :

combat-des-gobelins

Je coche la puce « combat au corps-à-corps » et Grouk lance 1D6 + 37 pour une attaque totale de 41 points.

Pour les gobelins, qui n’ont pas de CM, j’introduis 12D6 et vois qu’ils totalisent 36 points, dont 2 PDD inévitables ! (Théoriquement, la CONS de Grouk devrait passer à… 1 point.) Avec leur malus de 12 points, leur attaque totale n’est que de 24, moyennant quoi Grouk remporte la manche de 17 points. Les PDD infligés aux gobelins doivent-ils être répartis équitablement ? ça ne serait pas avantageux pour Grouk, qui a intérêt à combattre moins de gobelins lors du tour suivant. Je dis donc que Grouk a concentré ses coups sur les deux gobelins qui lui faisaient face et que, pour le reste, il s’est contenté d’esquiver les coups des autres. Franchement, ça ne me semble pas quelque chose de spécialement difficile. Cependant, les 2 PDD inévitables m’embêtent beaucoup. Et si Grouk, évitant les coups des gobelins, pouvait éviter aussi les dommages inévitables ? Là, c’est une action spéciale. Heureusement, Grouk a le talent qu’il lui faut, un talent de « prise de vitesse » (+4) basé sur la vitesse (24). On va être dur, et en tant que juge et partie, je décrète que Grouk doit réussir une épreuve de son talent de « prise de vitesse » au niveau 2 pour prendre de vitesse ses adversaires et blesser deux d’entre eux (comme il l’a fait) sans être touché par les autres, évitant ainsi de subir les 2 PDD inévitables.

prise-de-vitesse

J’obtiens 6 au lancé de dés, qui s’ajoutent à la VIT de Grouk (24) et à son coup de dés initial de 4 pour son talent, d’où un total de 34, bien supérieur au nombre-cible de 25. Ouf ! Grouk sort donc indemne du 1er tour de combat et a déjà liquidé deux des petits hommes verts. Un troisième gobelin est blessé et n’a plus qu’une CONS de 4 points.

Le tour suivant est peu différent. Grouk totalise 40 et les 4 gobelins restants, avec leurs 8D6-8 totalisent 22-8=14. Ils perdent le tour de 26 points. Comme l’un d’entre eux n’avait plus qu’une CONS de 4 et que les trois autres ont une CONS de 7, ils sont tous exterminés. Grouk doit cependant normalement subir 1 PDD inévitable des gobelins, mais il tente à nouveau de les prendre de vitesse (MEP de son talent au N2, largement réussi).

Au fait, si Grouk avait raté cette épreuve, toujours possible en cas de loupé (en obtenant 1 et 2 aux dés), je pense qu’il aurait été raisonnable de doubler les PDD. Pour lui, cela aurait pu être fatal.

Grouk sort donc vainqueur de ce combat, et heureux possesseur d’une poignée de champignons cavernicoles, mais ce n’est pas tout. On me dit d’aller consulter le tableau page 15 pour voir ce qu’ils portaient sur eux comme trésors. Je vais en fait page 22 (il y a une coquille dans le texte) au tableau des trésors. 140 pièces d’argent, tout de même. Grouk ramasse les bourses des gobelins et retourne à la grotte où il s’était installé.

Hélas, le texte me dit d’aller à 20C et je découvre que Grouk revient dans la caverne aux champignons et les mange, pas vraiment ce que je comptais faire. Grouk serait-il gourmand ? Le combat avec les gobelins lui aurait peut-être aussi donné une faim irrésistible ? Mm, après tout, c’est plausible, donc je ne résiste pas, je ne cherche pas à retrouver le paragraphe de la grotte habitable, et je suis le texte docilement pour une fois.

Ce qui m’embête, c’est que ce maudit texte ne m’a toujours pas dit combien Grouk gagne de points d’expérience pour avoir exterminé la horde de gobelins sauvages. J’ai bien compté les PE pour les épreuves, mais pas pour ce combat. Je consulte donc les règles au chapitre 2.10 sur les PE. Comme les gobelins n’ont pas de CM, Grouk devrait gagner autant de PE que la somme de leur FOR, de leur CONS et de leur INT. Hélas, je ne connais que leur CONS (7). Mais comme ils ont un malus de combat, je suppose que leur FOR risque d’être faible et pour leur INT, je n’en sais rien. Ce combat devrait donc rapporter à Grouk au minimum 7×6=42 PE. Quand même, ces maudits gobelins devraient avoir au moins aussi 7 en FOR et 7 en INT, donc Grouk devrait gagner le triple, soit 126 PE. Jusqu’ici, Grouk a amassé en tout 246 PE, mais l’introduction précise que la règle du centuple s’applique au Dépouillement Dernier. Le chemin est donc encore long avant de pouvoir augmenter un attribut grâce aux PE, mais je ne peux pas me plaindre compte tenu de ce que l’épée de héros a donné à Grouk, même si elle est restée coincée dans la paroi.

Suite au prochain épisode…

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :